Stevy Mahy : Artiste Kréyol dans l’âme

Préface

Comme mon premier article est un peu long, j’ai décidé de l’écrire comme une petite nouvelle, sous forme de dialogue, en 5 chapitres dont les titres pourront peut être vous sembler familiers. C’est l’histoire d’un coup de cœur, le genre de coup de cœur qui vous donne des frissons quand vous l’écoutez parler, quand vous l’écoutez chanter. J’ai eu la chance de rencontrer une GRANDE personne (pas par la taille, elle comprendra pourquoi lol), mais par la grandeur de sa spiritualité, de son aura. J’ai nommé Stevy Mahy ! Elle nous en dit plus sur une activité que certain(e)s d’entre vous ne lui connaissent peut être pas encore :  la kreasyon de bijoux et de sacs, mais pas que.. Je ne vous en dis pas plus, place au chapitre 1…

Chapitre 1 : Falling in love again

Lily : De la musique à la kréasyon, il n’a qu’un pas, quand et comment l’as tu franchi ?

Stevy Mahy : Il n’y a même pas de pas en fait… Pour le coup, il n’y a pas eu de pas parce qu’avant même que je chante, j’ai toujours été, je suis une passionnée de boucles d’oreilles. Au delà de la chanson, partout où je vais, je vais chercher des boucles d’oreilles et des bracelets. Je ne suis pas du tout collier, je les trouve beaux mais c’est pas moi. Donc en fait, ça vient peut être de la frustration des fois de ne pas trouver ce que j’aimerais porter donc tu commences à te faire tes propres modèles. Je ne pensais pas forcément en faire en quantité pour les vendre et tout mais les gens te demandent « oh j’aimerais bien, je trouve ça sympa » et en même temps ça reste dans la kreasyon, dans l’art. Quand je m’assois et que je fais des bijoux, ça me reconnecte et donc ça veut dire que ça augmente mon inspiration musicale même, c’est comme le même canal tu vois. Donc en général je fais un peu de bijoux pour vider mon esprit et ensuite je compose donc je pense vraiment que c’est le même canal, c’est un canal créatif donc c’est pour ça que je dis qu’il n’y a pas de pas, c’est la même chose, la même source en tout cas.

Lily : Donc artiste dans l’âme, justement où est-ce que tu puises tes inspirations pour tes kreasyons de bijoux, puisque c’est très coloré…

Stevy Mahy : Ben déjà ouais, déjà la couleur ; j’aime les choses différentes, j’aime les choses « bold » (audacieuses, osées), des choses qui soient carrément insolentes tant qu’à faire. Mon inspiration elle est dans tout, dans les gens, j’ai un petit côté un peu … je suis pas une vraie afro-centrique dans le sens où je ne suis qu’afro, je trouve qu’on a de belles choses aussi là dedans, donc j’essaie de mixer toutes mes influences, tout ce que j’aime, par exemple le pagne mais je n’aime pas que le pagne… Comme je lis beaucoup, j’aime avoir des messages, c’est pour ça que sur mes sacs j’essaie d’écrire des messages..

Chapitre 2 : Something about you

 20130123-afterdelice-27

Lily : le nom de ta marque c’est Moun, tu peux nous en dire plus ?

Stevy Mahy : Moun parce que c’est « moon » (M.O.O.N) ce qui n’est pas le cas, là c’est Moun, M.O.U.N mais ça me faisait penser à la lune, le symbole de la femme, de la féminité et puis moun, définition de gens en kreyol. Ce qui était intéressant, c’était de porter des boucles d’oreilles qui soient « Moun » comme les gens et qui ne soient pas populaires dans le sens où ce sont des pièces uniques mais qui s’appellent Moun, donc j’aimais bien le contraste mais c’est surtout, surtout le rapport avec la lune, qui est le symbole de la féminité transcrit en kreyol.

Lily : Ben justement, si tu étais un mot en kreyol, ce serait quoi ?

Stevy Mahy : Pour faire un peu facile, je vais dire « Moun » (rires).. Sinon si c’est pas moun, un mot ou une expression ?

Lily : un mot, une expression, ce qui te ressemble le plus

Stevy Mahy : Euh … j’allais dire un truc sur l’amour, je vais inventer une phrase « la vie san vou sé pa la vie »

Lily : Alors quand on voit Stevy Mahy, on voit un style. Comment tu définirais ton style ?

Stevy Mahy : Je définirais mon style comme pas de style. Je mets tout ce que je veux. Je n’ai pas de tabou mais il y a quand même un dénominateur commun c’est la couleur, j’aime la couleur mais je peux vraiment tout mettre. C’est pour ça qu’en fait j’ai une inspiration, je suis folle du style des japonaises puisqu’elles mettent vraiment tout et elles agencent ça tellement bien et elles le vivent tellement bien que tout devient cohérent et normal et j’aime ça. C’est comme les histoires de boucles d’oreilles très grosses, les gens se font souvent des complexes mais une fois que c’est porté, une fois qu’on l’assume, il n’y a plus rien qui est grand, petit, ça coule tout seul c’est juste une question d’acceptation de soi.

Chapitre 3 : Most high

 

Lily : Mes premières boucles d’oreilles Moun, c’est les Ankh, pourquoi as tu choisi ce symbole ?

Stevy Mahy : C’est la même thématique, c’est les croix égyptiennes, c’est le symbole d’Isis qui a été reprise entre guillemets dans les religions par la Vierge Noire et ensuite par la Vierge Marie. Donc c’est le symbole d’Isis qui est sensée être la déesse Mère, le symbole de la féminité et Isis c’est le symbole de la femme forte, de la renaissance et c’est ça Ankh : la croix égyptienne, la croix africaine, c’est le symbole de la féminité donc il y a une puissance dans le symbole de l’ankh, dans le symbole de la femme forte, la femme qui assume pleinement sa féminité donc j’ai aimé ça.

Chapitre 4 : Beautiful

 

Lily : Tu as commencé par les bijoux et les sacs mais est-ce qu’on pourrait espérer par la suite des vêtements ?

Stevy Mahy : J’aimerais bien, en fait j’ai d’abord et toujours conceptualisé des vêtements dans ma tête avant même les bijoux. Pour moi, j’ai toujours imaginé des choses que je pourrais porter. Je vais juste décliner pour l’instant des tee-shirts, forcément je vais sur des choses un peu plus simples. Après j’ai un petit problème c’est que je ne sais pas faire plusieurs choses en même temps. Je ne peux pas mettre mon énergie dans pleins de choses parce que je m’y mets à fond donc la période des bijoux est arrivée au moment où je me pose pour composer mon nouvel album donc tu vois c’était un petit moment où c’était propice pour moi mais là je commence à être encore plus dans l’album.. Pour les vêtements c’est quelque chose à quoi je pense mais il faudrait vraiment que je sois dans une autre dynamique parce que je vais y mettre encore toute mon énergie et je ne sais pas faire plein de choses à la fois.

Lily : Pour rester sur les vêtements, qu’est-ce que tu penses de la mode, du style en général en Guadeloupe ?

Stevy Mahy : Je trouve que la Guadeloupe en particulier est toujours à 2 vitesses, il y a toujours plusieurs choses, on ne peut jamais vraiment dire « la Guadeloupe c’est ça », c’est plein de choses. Et dans ce que je vois, je vais me concentrer sur ce que j’aime, on a la chance d’être dans la Caraïbes et donc on a la chance d’être entouré de gens qui ont vu, qui ont entendu, qui ont eu des influences de partout. C’est pas des choses qu’on voit ailleurs forcément. Par exemple, quand je suis en Guadeloupe, je ne veux pas parler que des vêtements, quand je vois des femmes à locks, des mamans qui ont des locks, c’est quelque chose que tu ne vois pas en Haïti par exemple, c’est encore quelque chose de tabou, c’est quelque chose que tu verras beaucoup plus en Jamaïque. Mais je suis en train de voir la mutation, je trouve qu’il y a quelques années on ne voyait pas vraiment de maman porter des robes africaines, on voyait pas ça, maintenant tu vas partout dans le marché tu vas trouver des tissus africains et il y a encore quelques années ça n’existait pas. Donc tu vois, dans ce qui est beau en tout cas, il y a un beau mélange, il y a un beau bouillonnement, je trouve ça cool, dans ce qui est beau. Après ce qui n’est pas beau, c’est juste la mondialisation c’est juste les mêmes vêtements que les chinois font, qu’on trouve dans toutes les places et souvent dans ce côté là ce sont des vêtements qui ne sont pas adaptés à la population, ce sont des matières qui ne sont pas adaptées à la chaleur, c’est des vêtements trop serrés, qui ne sont pas adaptés mais c’est juste un phénomène de mondialisation. C’est pas propre à la Guadeloupe c’est propre à tout le monde donc c’est autre chose. Mais pour ceux qui font un effort de recherche, je trouve qu’il y a une belle créativité en Guadeloupe et ça va de plus en plus, c’est de plus en plus ouvert, de plus en plus créatif, je trouve ça bien.

 Chapitre 5 : Haïti chérie

Lily : si je te dis Haïti, que je te demande de nous parler de ton amour pour Haïti…

Stevy Mahy : Mon amour pour Haïti… J’ai toujours eu une attraction pour Haïti depuis très longtemps sans savoir pourquoi, je n’ai pas encore compris pourquoi d’ailleurs. Et en fait je crois que le truc s’est décuplé quand il y a eu le séisme et j’étais en Guadeloupe quand ça c’est passé et je me suis dit, à quelques kilomètres près c’était nous, c’était ma famille, c’était l’hôpital des Abymes qui était détruit, enfin tu vois il y avait un côté très réel, c’était la Caraïbes. Et je me suis dit : comment on peut faire le Tour du Monde sans jamais aller à une île qui est à 45 minutes, qui a une histoire commune très importante avec nous-mêmes ? Et donc j’ai commencé une collecte de petites choses comme ça et j’ai été en Haïti pour la première fois et quand je suis arrivée il y a eu un sentiment bizarre de familiarité car le créole est pratiquement le même, les intonations sont les mêmes, la nourriture est pratiquement la même donc tu te rends compte que le paysage est un peu différent mais tu te sens chez toi, c’est très, très étrange et les Haïtiens ont une culture de « tout le monde est le bienvenu chez eux » donc ils ne te font jamais sentir que tu es étranger et au delà de ça tu as l’impression de voir tes frères et tes sœurs dans une misère et tu te dis « comment moi je peux me lever et aller à l’école sans avoir à réfléchir, pourquoi l’école est payante chez eux ? », « pourquoi moi je peux ouvrir mon robinet et avoir de l’eau et eux ils n’ont pas d’eau potable ? », pourquoi ci, pourquoi ça, tu ne comprends pas parce que c’est tellement proche et tu te dis pourquoi il y a un tel décalage ? Je pense que c’est ça, quand tu vas en Haïti, il y a quelque chose, je ne sais pas c’est mystique, je ne sais pas trop ce que c’est et ce qui m’a émue c’est la vie malgré tous les déboires. C’est à dire que quand tu arrives en Haïti tu oublies presque, à part quand tu vois quelques décombres, mais tu oublies presque, en voyant les gens, qu’il y a eu un séisme. Les gens sont heureux, ils vivent, c’est très troublant. Haïti c’est une vraie leçon de vie en fait.

 Yinki pou vou

Lily : Waouw.. ça donne des frissons tout ça…Et la suite alors ? Pour celles qui n’ont pas eu la chance de te rencontrer lors de ton passage éclair en Guadeloupe, où peut-on trouver tes bijoux ?

Stevy Mahy : On va pouvoir les trouver sur mon site stevymahy.com sachant que j’ai des petites quantités, j’essaie de me déplacer. La prochaine collection je la présente en Haïti puis en Martinique sur place donc je vais quand même en faire quelques unes qui seront sur le site mais il n’y en aura forcément un petit peu moins.

20130123-afterdelice-96 Epilogue

Voilà les KFA, vous savez tout de ma rencontre avec Stevy Mahy ! C’était lors de sa dernière vente privée en Guadeloupe à l’After Délices à Jarry. Un instant coloré, très kreyol fashion, chaleureux presque familier, tout comme l’artiste qui nous a reçues.. A bientôt pour de nouvelles rencontres 😉

Lily pour Kreyol Fashion Addict

Photos :  Design Studio

Cet article, publié dans Guadeloupe, Mode, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Stevy Mahy : Artiste Kréyol dans l’âme

  1. timafy dit :

    J’aime voir les artistes qui le sont jusqu’au bout des ongles. Un bel article. Merci

  2. annojah dit :

    love it, l’idée de la nouvelle…genius

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s